It’s Up to Us to End FGM

It’s Up to Us to End FGM

Commemorating International Zero Tolerance Day for Female Genital Mutilation (FGM)

This post was written by Dr. Morissanda Kouyaté, Executive Director of the Inter-African Committee (IAC)

February 6, 2020 – In 2003 in Addis Ababa, I proposed to our organization, the Inter-African Committee (IAC) on Traditional Practices Affecting the Health of Women and Children, that we submit a resolution to the United Nations to mark the founding date of the IAC (February 6, 1984) as the International Zero Tolerance Day for Female Genital Mutilation (FGM). I had no doubt that if my proposal was approved, the world wouldn’t need to celebrate that day more than 15 times, and that FGM would surely be resolved before then. Nevertheless, here we are. It is with bitterness but great determination that we will celebrate the 17th annual International Zero Tolerance Day this February 6, 2020.

It is expected, and even admitted, that FGM/C will end by 2030, which means that, even if we reach this goal within the next 10 years, an additional 68 million girls will be unjustly subjected to female genital mutilation or cutting (FGM/C). Why is the world continuing to allow this harmful traditional practice? How are we allowing young women to face this fatality?

Thirty-six years ago, I was pushed into this fight as two twin girls died in my arms. As their doctor, I was struck with the reality of the consequences of female genital mutilation. Their deaths motivated me to learn everything I could about FGM/C:

  • FGM is any intervention including partial or total removal of the female external genital organs or other lesions of the female genital organs, performed for non-medical reasons. Removal has no health benefits and is detrimental in many ways to young girls and women. These types of removal procedures are, beyond this violation of the physical and psychological integrity of girls and women, a flagrant violation of their human rights;
  • The origin of FGM/C is obscure, but it widely understood that the practice predates today’s monotheistic religions, even if some try – in vain – to give the practice religious bases;
  • FGM is practiced in high prevalence in Africa, but it also exists on other continents (Asia, America, Europe);
  • The health risks of this gross violation of the rights of girls and women are, among others: extreme pain, hemorrhages, infections, dyspareunia, frigidity, keloid scars, infertility, and often death.

To put an end to this inhuman and degrading practice, a global movement must rally around five strategic axes at the national, regional and international levels:

  1. The adoption and effective application of anti-FGM laws;
  2. Advocacy and awareness: We need leaders at the grassroots, national, and international levels to raise awareness of the issue in all socio-professional strata. This is not an issue to be resolved by one group. Women, men, young people, politicians, teachers, magistrates, lawyers, police, soldiers, health professionals, journalists, writers, artists, actors, singers, organizations from civil society, national, regional, international organizations – everyone must be aware of the problem and FGM/C’s effects.
  3. The retraining of circumcisers and members of their communities: We need to retrain those who are practicing cutting, but also give them another option for employment. We should integrate them into a microcredit system to fill the gap in their income so that they are not incentivized to continue cutting people;
  4. Full support for victims and survivors;
  5. Increased networking to coordinate action by the disparate groups and actors involved in the fight to end FGM/C.

It’s clear that both the diagnosis and “treatment” of the scourge of FGM are well-known, yet progress to halting the harmful practice is slow. Why?

Progress is slow because several of the actors in the fight spend more time in amphitheaters, air-conditioned conference rooms, semantic quarrels, self-promotion competitions and setting goals to reach 15 years from now (which are renewed at meetings in the future), rather than focusing on the issue at hand.

The determination to reach zero tolerance for female genital mutilation in 2030 can be translated into tangible reality if the whole world refuses this practice, stops procrastinating, and supports political, economic and social initiatives, actions, projects and national, regional and international programs.

To overcome female genital mutilation, we all have to work hard and forget the retrograde notions of the division of the world into East, West, North, and South; breaking down the barriers between ages and religions; and, above all, be convinced that human rights are universal and inalienable, and that FGM is a flagrant violation of these rights.

Female genital mutilation will definitely go away; the question is when? I am not saying this because I was born optimistic, but by observing what is currently prevailing in the fight against this scourge.

Indeed, the girls and women who are the survivors have placed themselves at the forefront of the fight, and are supported by men who understand that their status  is measured by their level of commitment to restoring all the rights of girls and women.

In Guinea, my country, I was happy to follow a group of young student girls who, having noticed the absence of one of their classmates who was destined be a victim of FGM and child marriage, mobilized to file a complaint and finally to tear her from the clutches of her executioners.

It’s stories like these that give me endless hope. And it’s stories like these that make me confident in the fact that FGM/C will eventually end. It’s up to us to determine when.

French translation available below.

______________________________________________

Ç’est à nous de mettre fin aux MGF

Commémoration de la Journée internationale Tolérance Zéro aux mutilations génitales féminines (MGF)

Par Dr. Morissanda Kouyaté, Directeur Exécutif du Comité Inter-Africain 

6 février 2020 – En 2003 à Addis Abéba, j’ai proposé à notre organisation, le Comité Inter-Africain sur les pratiques traditionnelles affectant la santé des femmes et des enfants (CI-AF), de soumettre aux Nations Unies, pour adoption, la date de la création du CI-AF (6 février 1984) comme Journée internationale Tolérance Zéro aux mutilations génitales féminines. Je ne doutais pas que si ma proposition était approuvée, le monde n’aurait pas besoin de célébrer cette date plus de 15 fois, et que le problème des MGF/E seraient surement résolus avant cela. Hélas, c’est avec amertume mais une grande détermination nous célébrons la 17e Journée internationale de la tolérance zéro ce 6 février 2020.

Il est prévu, et même admis, que les MGF/E prendront fin d’ici 2030, ce qui signifie que, même si nous atteignons cet objectif au cours des 10 prochaines années, 68 millions de filles supplémentaires seront injustement soumises à des mutilations génitales féminines ou à des excisions (MGF / C)

Pourquoi le monde entier continue-t-il à permettre cette pratique traditionnelle néfaste ? Comment permettons-nous aux jeunes femmes de faire face à cette fatalité?

Il y a trente-six ans, j’ai été poussée dans cette lutte lorsque deux jumelles sont mortes dans mes bras. En tant que leur médecin, j’ai été frappée par la réalité des conséquences des mutilations génitales féminines. Leur mort m’a motivé à apprendre tout ce que je pouvais sur les MGF/E:

  • Les MGF sont toutes interventions incluant l’ablation partielle ou totale des organes génitaux externes de la femme ou autre lésion des organes génitaux féminins, pratiquées pour des raisons non médicales. Elles ne présentent aucun avantage pour la santé et sont préjudiciables à bien des égards aux jeunes filles et aux femmes. Elles sont, au-delà de cette violation de l’intégrité physique et psychologique des filles et des femmes, une violation flagrante de leurs droits humains ;
  • Leur origine est obscure, mais il est clairement établi que la pratique est antérieure à toutes les religions monothéistes révélées, même si certains essaient vainement de leur donner des bases religieuses ;
  • Les MGF sont pratiquées à forte prévalence en Afrique, mais elles existent aussi sur d’autres continents (Asie, Amérique, Europe);
  • Les conséquences de cette violation flagrante des droits des filles et des femmes sont entre autres, la douleur extrême, des hémorragies, des infections, la dyspareunie, la frigidité, des cicatrices chéloïdes, l’infécondité, l’infertilité, et souvent la mort ;
  • Pour mettre fin à cette pratique inhumaine et dégradante, il faut une mobilisation mondiale autour de 5 axes stratégiques au niveau national, régional et international :
  1. L’adoption et l’application effective de lois anti-MGF;
  2. Le plaidoyer et la sensibilisation : Nous avons besoin de leaders aux niveaux local, national et international pour sensibiliser sur la question dans toutes les couches socioprofessionnelles. Ce n’est pas un problème à résoudre par un groupe. Femmes, hommes, jeunes, adolescents, politiciens, enseignants, magistrats, avocats, policiers, gendarmes, militaires, professionnels de la santé, journalistes, écrivains, artistes, acteurs, chanteurs, organisations de la société civile, organisations nationales, régionales, internationales–tout le monde doit être conscient du problème et des effets des MGF/E.
  3. La reconversion des exciseuses et des membres de leurs communautés : Nous devons recycler ceux qui pratiquent l’excision, mais aussi leur donner une autre option d’emploi. Nous devons les intégrer dans un système de microcrédit pour combler le vide dans leurs revenus afin qu’ils ne soient pas incités à continuer d’exciser les gens;
  4. La prise en charge totale des victimes et survivants ;
  5. Le réseautage pour une synergie d’action de différents acteurs impliqués dans la lutte pour mettre fin aux MGF/E

Il est clair que le diagnostic et le “traitement” du fléau des MGF sont bien connus, mais les progrès pour mettre fin à cette pratique néfaste sont lents. Pourquoi?

Les progrès sont lents parce que plusieurs acteurs de la lutte passent plus de temps dans des amphithéâtres, dans des salles climatisées de conférences, dans des querelles sémantiques, dans des compétitions d’autopromotion et dans la fixation d’objectifs à 15 ans (renouvelables au gré de simples réunions), plutôt que de se focaliser sur le problème en question.

La détermination d’atteindre la tolérance zéro aux mutilations génitales féminines en 2030, peut se traduire en réalité tangible, si le monde entier, refuse cette pratique, arrête de tergiverser et appuie les initiatives politiques, économiques et sociales, les actions, projets et programmes nationaux, régionaux et internationaux.

Pour vaincre les mutilations génitales féminines, nous devons tous, obligatoirement travailler dur et oublier les notions rétrogrades de la division du monde en Est, Ouest, Nord et Sud ; briser les barrières entre les âges et les religions ; surtout se convaincre que les droits humains sont universels et inaliénables, et que les MGF sont une violation flagrante de ces droits.

Les mutilations génitales féminines disparaîtront définitivement, sans aucun doute ; la seule question qui demeure est quand ? Je ne dis pas cela parce que je suis né optimiste, mais en observant ce qui prévaut actuellement dans la lutte contre ce fléau.

En effet, les filles et les femmes qui en sont les victimes se sont placées à l’avant-garde et sont appuyées par des hommes qui ont compris que leur statut se mesure à leur niveau d’engagement dans le processus de restauration de tous les droits des filles et des femmes.

En Guinée dans mon pays, j’ai récemment suivi avec bonheur, un groupe de jeunes filles élèves qui, ayant remarqué l’absence d’une de leurs camarades de classe qui devrait être victime de MGF et de mariage d’enfant, se sont mobilisées pour porter plainte, et pour finalement l’arracher des griffes de ses bourreaux.

Ce sont des histoires comme celles-ci qui me donnent un espoir sans fin. Et ce sont des histoires comme celles-ci qui me donnent confiance dans le fait que les MGF/E finiront par se terminer. C’est à nous de déterminer quand.